page d'accueil

Voir les tarifs d'entrée




Jeudi 17 octobre

20h30

Auditorium Conservatoire Ardenne Métropole
Charleville-Mézières


KHALID KOUHEN
MARYÈNE INGREMEAU
"SILLAGE"
invite
JONAS KNUTSSON

Khalid Kouhen :
Tablas, jarres, kalimba, congas, daf, calebasse

Marylène Ingremeau :
Chant, ektara, sanza

Jonas Knutsson : saxophones

plus d'infos :


 


 

KHALID KOUHEN / MARYLÈNE INGREMEAU
"SILLAGE"
invite
JONAS KNUTSSON

 

Khalid Kouhen et Marylène Ingremeau sont deux artistes nomades. L’un vient d’une tradition afro-orientalo-berbère du Maroc, l’autre d’une tradition occidentale. Leur duo aurait pu être une rencontre orient-occident, mais c’est sans compter sur leur désir d’explorer un monde plus vaste !

Ils puisent leur inspiration dans des traditions d’horizons divers (Inde, Cuba, Iran, Erythrée, Turquie, Yemen…), naviguent sur les chemins aériens de leur imagination au gré de chants amples et limpides, de rythmes intenses, de dialogues pétillants et d’onomatopées facétieuses.

Véritable invitation au voyage, leur musique s’épanouit en un univers multicolore se jouant des styles et des frontières. Porteuse de rêve et d’émotion, elle évoque puissamment la beauté et la diversité du monde.

"Sillage" invitera pour ce concert Jonas Knutsson, partenaire régulier de Khalid Kouhen au sein de nombreux projets, et habitué de la programmation de Charleville Action Jazz ( avec Elise Einarsdotter Ensemble,Noorland, Bertrand Renaudin "L'arbre Voyage"... )

".... Là où le duo fait vraiment très fort, c’est qu’à chaque région du monde visitée, on n’est pas dans l’imitation de la musique locale, on est véritablement plongé dans la musique de la région en question. On en reste pantois, admiratif, troublé. On ne devrait pourtant pas. Ce duo-là fait de la musique du monde comme il respire, parce qu’il respire comme ça. Mais il faut encore et toujours saluer l’extraordinaire et perpétuel brio de Khalid Kouhen aux percussions. Il est un univers musical à lui seul. Ses rythmes sont un réel bonheur à écouter, à suivre et à vivre. Et au-dessus, il y a la voix de Marylène Ingremeau, chaude, pleine, souple, si souple même qu’elle se fait caméléon vocal, ici africaine, là brésilienne, ou encore indienne."
Frédéric Gerchambeau - Rythmes Croisés

 






photo : Rémi Hostekind


photo : Gustav Karlsson Frost

Vendredi 15 novembre

20h30

  Théâtre
de Charleville-Mézières

 

 

Lars Danielsson :
contrebasse, violoncelle 
Grégory Privat :
piano
John Parricel :
guitare
Magnus Öström :
percussions et batterie  

Voir une vidéo

Réservations : Théâtre
03 24 32 44 50


 

LARS DANIELSSON
"LIBERETTO"


Sideman recherché pour la pureté de sa sonorité comme pour la justesse de ses lignes aérées, le contrebassiste et violoncelliste Lars Danielsson a collaboré avec de nombreux musiciens prestigieux, en menant depuis une décennie une carrière de tout premier plan chez ACT. Toutes ses productions récentes sont sorties sur ce label, qui lui doit ses plus gros succès, notamment via ses participations aux albums de Youn Sun Nah. Plus largement, il est devenu l’un des piliers emblématiques du label, en collaborant régulièrement avec Iiro Rantala, Leszek Możdżer ou Nils Landgren.

En 2012 paraissait le premier volume de Liberetto, disque très réussi où Danielsson affirmait, plus encore qu’auparavant, son goût et son talent pour les mélodies simples et chantantes. Il confirmait l’essai avec deux nouveaux volumes en 2014 et 2017, chaque formule accueillant des musiciens prestigieux.

Dans la formation actuelle,  le talentueux Martiniquais Grégory Privat, au piano, apporte une touche créole  et une fantastique énergie dans ses improvisations, le batteur n'est rien de moins que Magnus Öström, vétéran du légendaire trio suédois EST. Ajoutez-y quelques discrets arpèges de la guitare de John Paricelli, et vous obtiendrez une musique aussi harmonieuse que sophistiquée, à même de séduire tant l’amateur chevronné que le néophyte.

Le résultat est passionnant, onirique, séduisant, et incarne avec éloquence la force tranquille du jazz européen.

"Il y a quelque  chose de féérique et d’enchanteur dans cette musique de haute altitude, très mélodique, un peu planante, mais en même temps gorgée d’énergie, en particulier parce qu’elle a deux tigres dans son moteur, Grégory Privat au piano, et Magnus Öström, ancien d’EST à la batterie....
Quant à Lars Danielsson, souriant et serein, il met tout le monde sur les rails avec son drive irrésistible, et ses arrangements inventifs... En un ou deux chorus brillants, il rappelle aussi à quel point son instrument lui obéit au doigt et à  l’œil... Splendide."
JF Mondo Jazz Magazine

 

 

 


photo Jan Soederstroem

 

Mardi 10 décembre

Auditorium Conservatoire Ardenne Métropole
Charleville-Mézières


15h : séance scolaires
20h30 : tout public

Nina Simone
"Wild as The Wind"

Tamara Geerts :
chant
Anne Wolf :
piano
Sal La Rocca :
contrebasse
Thierry Gutmann :
batterie

vidéo :


logo

 

NINA SIMONE "WILD AS THE WIND "
TAMARA GEERTS QUARTET



« Wild as the Wind » se veut un hommage hors norme à l’artiste, en ce sens que l’accent n’est pas mis uniquement mis sur la musique, mais sur la découverte d’une personnalité nourrie de frustrations, d’espoirs, de cassures, d’égarements et de rages.
Ce concert spectacle dévoile au public le tournant que prit la vie d’une femme noire et talentueuse au XXème siècle. Le spectacle replace la musique dans un contexte socio-politique, afin de mieux faire comprendre la problématique raciale, la place de la femme, le rôle que peut avoir la culture et la musique dans une société en perpétuelle mutation. Nina était l’égérie du mouvement de la lutte pour les droits civiques de la population noire américaine, et sa musique  "bande son d’une époque troublée" était son arme.
La musique, langage universel, parle tant à notre esprit qu’à notre âme, elle relie les hommes et fait battre leur cœur au même tempo.

Jeune pianiste classique prometteuse nourrissant l’espoir de devenir la première concertiste noire d’Amérique, Nina Simone est pourtant refusée au prestigieux Institut Curtis de Philadelphie. On est en 1950 et la ségrégation raciale fait rage. L’humiliation et la déception subies par la jeune femme vont nourrir toute sa réflexion militante et son parcours d’artiste.

Associée au mouvement de lutte en faveur des droits civiques de la population noire américaine et de ceux des femmes, amie de Martin Luther King, Nina Simone est avant tout un esprit libre. Elle se bat, au péril de sa vie, armée de sa seule musique et de son authenticité pour faire entendre la voix de minorités.

Croisant chansons d’anthologie entre blues, jazz, gospel, et monologues inspirés, ce projet se veut un puissant hommage à cette artiste complète aux identités multiples, inclassable, nourrie d’espoirs perdus et de force inextinguible.
La musique de Nina Simone y est replacée dans le contexte sociopolitique qui la sous-tend, afin de mieux appréhender les réalités d’alors, réalités qui nous rattrapent...

Sold out pour ce  Gaume Jazz  d'automne : succès public mais surtout un réel triomphe devant des auditeurs qui ont réagi par une double "standing ovation" à ce spectacle sensible et intelligent, équilibre subtil de théâtre et de musique, hommage émouvant à une icône du XX° siècle, Nina Simone, artiste complète et inclassable mais femme déchirée et torturée, militante des droits de l'homme et des droits des femmes.
Jean-Pierre Bissot

Gros gros coup de coeur pour ce super spectacle de Tamara Geets vu ce vendredi. Line up top : Anne Wolf, Sal La Roca et Thierry Gutmann. Puis Tamara qui est juste au service des morceaux, et qui nous transmet la magie d'une artiste majeure. Quel hommage. Frissons garantis .
Christophe Mercier


Photo: Roger Vantilt et Etienne Bauduin Racasse Studio.

 

 



 

Jeudi 13 Février

20h30

Auditorium Conservatoire Ardenne Métropole
Charleville-Mézières

GAUTHIER TOUX TRIO

Gauthier Toux :
 piano

Simon Tailleu :
contrebasse

Maxence Sibille : batterie

 

vidéo live in Vienne Jazz Festival


GAUTHIER TOUX TRIO

Révélation française de l'année 2018 Jazz Magazine



Fondé en 2013  à l'initiative du jeune pianiste Gauthier Toux, ce trio incarne la diversité musicale et culturelle du jazz d'aujourd'hui. Avec le contrebassiste danois Kenneth Dahl Knudsen et le batteur français Maxence Sibille,  ils explorent la musique sous toutes ses formes avec comme ligne directrice le jazz et sa valeur essentielle, l'improvisation.
 Après un premier album,prometteur, "More Than Ever" en 2015, "Unexpected Things" sorti en mars 2016 chez NoMadMusic a été disque du jour sur TSF Jazz, Sélection jazz sur FIP, Sélection Les Inrocks "la nouvelle garde du jazz français", Playlist sur TSF Jazz, « Le Choix » France Musique...
Le troisième album de Gauthier Toux, "The Colours You See", est paru en mai 2018 sur le label anglais Naim Records. Un album autour des couleurs, de la lumière et de la perception de ces éléments. Tout au long du disque, le trio et ses  invités naviguent, à l'invitation du pianiste et compositeur qu'est Gauthier, à travers une palette sensible et variée de teintes et de couleurs musicales.
Mélangeant mélodies simples, inspirées par des musiques plus actuelles (pop, hip hop...) avec des rythmes organiques, sans pour autant renier les traditions ancestrales de compositions, ce trio devient alors un laboratoire de couleurs et de sonorités.
Ensensé par la presse spécialisée, le trio a joué plus de 100 concerts et  s'est produit dans de nombreux festivals européens.
A l'automne 2018, le contrebassiste français Simon Tailleu rejoint le trio.

Répertoire frissonnant que celui de Gauthier Toux, réservé à l'intime, et qui développe une sorte d'élasticité rythmique, comme si le temps musical s'y appréhendait à la façon d'un ricochet perpétuel. Simon Tailleu à la contrebasse et Maxence Sibille à la batterie savent souligner les moindres subtilités du jeu du pianiste... Télérama

 



© photo : Sylvain Gripoix

jeudi 12 Mars

20h30

Auditorium Conservatoire Ardenne Métropole
Charleville-Mézières


The Sirkis/Bialas International Quartet

Asaf Sirkis :
batterie, compositions
Sylwia Bialas :
voix, compositions
Kevin Glasgow : basse
Franck Harrison :
piano, claviers


voir une vidéo

 

THE SIRKIS/BIALAS INTERNATIONAL QUARTET

 

Le "Sirkis/Bialas International Quartet" est le résultat d'une collaboration entre le batteur/compositeur israélien Asaf Sirkis, et Sylwia Bialas, extraordinaire chanteuse polonaise, tous deux résidant en Angleterre. Le quartet est complété par le bassiste écossais Kevin Glasgow, et Franck Harisson au piano et aux claviers.
Asaf Sirkis, batteur très sollicité, s'est déjà produit chez nous à plusieurs reprises, avec le trio de John Law, et avec Céline Bonacina.
Ce projet présente un répertoire co-écrit avec Sylwia Bialas, influencé tout aussi bien par la musique classique et contemporaine, le folklore polonais, que par celle de la musique de l'Inde du Sud et du Moyen-Orient. De la ballade la plus délicate aux lignes électriques les plus énergiques et virtuoses, les compositions sont interpétées avec emphase, avec des échanges permanents entre les musiciens et une joie de jouer communicative.
Mélodies poignantes, grooves puissants, couleur électro-acoustique, touche ethnique, et l'usage de quelques instruments inhabituels mariés aux effets les plus contemporains sont les ingrédients d'une musique fortement originale.
Le groupe a publié "Come To Me“ enregistré en 201 4au London Jazz Festival. Un nouveau double album, "One New Earth" est paru en 2019 sur le label "Moon in June Records".

"Une évidence à l'issue de ce concert, le deuxième album (Our New Earth) de Sirkis / Bialas IQ devrait contribuer à faire de ce quartet l’un des ensembles de jazz les plus intéressants du moment. Avec une musique si entraînante, si intense, jouée avec tant de sensibilité et de passion, il est difficile de ne pas se laisser séduireLe quartet international Sirkis / Bialas a un son qui lui est propre, malgré des influences venues du monde entier. Ce son est celui de la beauté, de l'amour et de l'espoir ..."
”All About Jazz

 

 

 

 




photo Monika S. Jakubowska


 

mardi 28 avril
20h30

Amphithéâtre
Pierre Mendès-France
Sedan

 

Diederik Wissels "Pasarela "

Diederik Wissels :
piano, synthé
Nicolas Kummert :
saxophone ténor
Thibault Dille :
accordéon, synthé
Victor Foulon :
contrebasse


voir vidéo

logo

m

 

 

DIEDERIK WISSELS "PASARELA"

Avec son nouveau projet “Pasarela”, Diederik Wissels nous propose une œuvre intimiste et impressionniste qui le caractérise. Émouvantes et mélancoliques, ses compositions restent toujours mélodiques. Sa musique aux mille nuances poétiques conquiert un public bien au-delà des passionnés de jazz.
Complice de longue date du chanteur David Linx au point que leurs noms paraissent indissociables, Diederik Wissels a aussi accompagné des musiciens tels que Chet Baker, Joe Henderson, Toots Thielemans, Philip Catherine et bien d’autres.
Parallèlement, il poursuit une œuvre personnelle dans laquelle se déploie son écriture subtile. Pianiste sensible et compositeur raffiné, il a enregistré en tant que leader ou co-leader une vingtaine de disques.
Dans cette formule sans batteur, les compositions de Diederik créent une atmosphère qui mêle mystère et mélancolie.

Diederik Wissels est un pianiste sensible au toucher lumineux et un compositeur raffiné. Dans cette formule sans batteur, plane une atmosphère de mystère et de douce mélancolie. Les notes légères et lyriques, les couleurs chaudes du saxophone et les lignes mélodiques de l’accordéon créent un paysage musical tout en nuance. La contrebasse renforce discrètement la rondeur des textures. C’est une musique rebelle à toute classification et assurément enchanteresse ! JAZZ9

 



 


Photo Lara Herbinia




mardi 26 mai

20h30

Théâtre
de Charleville-Mézières

AKSHAM

Elina Duni :
chant
David Enhco :
trompette
Marc Perrenoud :
piano
Florent Nisse :
contrebasse
Fred Pasqua :
batterie

tcm

en partenariat avec le Théâtre de Charleville-Mézières

Réservations : Théâtre
03 24 32 44 50

voir une vidéo

 

AKSHAM

"Aksham" est né de la rencontre de Marc Perrenoud, pianiste et compositeur suisse évoluant ordinairement en trio ou en solo, Elina Duni, chanteuse qui a tracé sa propre route entre traditions balkaniques et jazz atmosphérique, et David Enhco, trompettiste français à la tête de l’Amazing Keystone Big Band et de son propre quartet. En clé de voûte, l’impeccable section rythmique de Florent Nisse à la contrebasse et Fred Pasqua à la batterie.

Les compositions d’Elina Duni, de Marc Perrenoud, de David Enhco et de Florent Nisse se rencontrent comme naturellement à la croisée de leurs styles respectifs : des mélodies puissantes et surprenantes, chantées en français ou en anglais ; des harmonies à la fois simples et raffinées et des ostinati envoutants pour une ascension vers l’émotion.
Les beaux textes de James Joyce, Paul Verlaine, Ella Wheeler Whilcox et Xavier Machault côtoient avec amitié les états d’âme savamment naïfs d’Elina Duni.

Des personnalités fortes qui fondent leurs solismes dans un jeu d’ensemble intimiste : le chant d’Elina Duni, d’une intensité rare, se transforme ici en une sensuelle caresse. Le radieux Marc Perrenoud ombrage son jeu, enrobe avec tendresse cette voix lancinante. Le tranchant David Enhco arrondit les angles, imprime des ambiances de velours à ses contrechants et volutes lyriques. Les subtils Florent Nisse et Fred Pasqua tissent sous les pas de ce lumineux trio un chatoyant et ondulant tapis de feuilles d’automne.

"Mélodies surprenantes chantées en français ou en anglais, poèmes de James Joyce, ballade binaire sous inspiration gainsbourgienne, ascension commune vers l’émotion…La découverte de ce nouveau répertoire se révèle pleine de surprises et nous laisse émus, joyeux. Touchés par cette sincérité musicale on y aperçoit ni plus ni moins qu’un hymne à la vie. " Louis-Julien Nicolaou - Télérama

 

 

 

 

 





photo ©LiliRoze

 

 


Samedi 20 juin

 
20h30

Auditorium Conservatoire Ardenne Métropole
Charleville-Mézières

Médéric Collignon /
Yvan Robillard
MicrOrchestra

Big-Band du Conservatoire Ardenne Métropole dirigé par Médéric Collignon

 

voir vidéo :




Concert de fin de résidence

Big-Band du Conservatoire Ardenne Métropole dirigé par Médéric Collignon .

 

Après deux années de résidence auprès du Big-Band du Conservatoire Ardenne Métropole dirigé par son ami Dominique Tassot, Médéric Collignon présente le fruit de ce travail. Un répertoire résolument funk. Compositeur, arrangeur, chef d'orchestre, Médéric s'investit pleinement dans ce projet, et ne peut s'empêcher d'y participer comme instrumentiste, vocaliste peut-être, en invitant également le pianiste Yvan Robillard avec qui il se produira en duo au cours de la soirée.

 

MicrOrchestra : Médéric Collignon & Yvan Robilliard

Déjà récompensé par trois Victoires du jazz, le trompettiste et vocaliste Médéric Collignon fusionne comme personne le phrasé fulgurant de Miles Davis et la fantaisie du scat de Dizzy Gillespie. Quand il rencontre Yvan Robilliard, explorateur de claviers entre aigus frénétiques et graves percussifs, cela donne des improvisations époustouflantes. Entre ces deux-là flotte le désir permanent de se surprendre pour emporter le public dans un tourbillon de créativité.

«...Ils font dans l’acoustico-électrique. Un voyage au cœur de tant de références, en séquences si rapides qu’on a à peine le temps de s’installer hop hop !!! la séquence, la bribe, le riff, l’idée pas épuisée dans son développement et déjà la suivante s’invite : un tourbillon. L’un pousse l’autre, l’autre réplique, ils s’associent, se dissocient, se réconcilient. ... C’est exceptionnel. Envoûtant. Chamanique.» Culture Jazz


 




photos : ©FabienBuring ©AlexLacombe


Stages, masterclasses et résidences :

Les stages et masterclasses proposés par Charleville Action Jazz bénéficient du financement du Conservatoire Ardenne Métropole, de la Ville de Charleville-Mézières,
de la Communauté d'Agglomération Ardenne Métropole et de  la Région Grand Est

Résidence 2019/2020 de Médéric Collignon

auprès du Big-Band du Conservatoire Ardenne Métropole
Charleville-Mézières



photo André Henrot

Pour prendre la succession d'Andy Emler à la tête de cette résidence auprès du Big-Band du Conservatoire Ardenne Métropole, il nous fallait une forte personnalité! Médéric Collignon, "l'enfant terrible" mais aussi "l'enfant du pays", qui fit ses débuts au CRD de Charleville-Mézières, a tout à fait le profil requis. On connaît le musicien, cornettiste, vocaliste, performer, on connaît peut-être moins le pédagogue.Eenseignant au Conservatoire National de Musique et de Danse de Paris depuis 2015, Médéric Collignon vient également de mener à bien une résidence fédératrice de deux années au Conservatoire du Grand Besançon. Fort de ces expériences, gageons qu'il saura, comme son prédécesseur, entraîner le Big-Band sur des chemins de traverse et lui communiquer son énergie folle ! Les premières sessions ont annoncé la couleur : ce sera funky , qu'on se le dise !


Médéric Collignon

Le parcours de Médéric est à l’image de son talent immense, dense... boulimique ! On a le tournis en énumérant les formations, les expériences, les projets, les compositions… auxquels il a participé.

Ce qui impressionne d’abord chez lui c’est son énergie… Une masse d’énergie inépuisable. Sur scène, il semble être partout. Comme un maître marionnettiste, il manipule les instruments et les sons pour les pousser toujours plus loin. Devant une telle maîtrise du jeu, on se rend compte que Médéric est aussi un brillant compositeur : son Porgy and Bess, sa relecture de l’album électrique de Miles Davis Bitches Brew, la liberté réinventée de sa relecture d’albums de King Crimson, son travail sur les musiques de films "Movies", ont tous été salués par des victoires du Jazz (2007, 2010, 2013).
Aujourd'hui Médéric Collignon revient avec son quartet survitaminé « Jus de Bocse » pour un projet fou : ils vont surfer sur des sons que l'univers urbain a fait naître : le Hip-hop. Entre Gangstarr et Tribe Called Quest, représentants d’un âge d’or aux arômes carrément jazzistiques, le Jus de Bocse va se sampler lui-même … Médéric n'a pas fini de nous étonner !

 

 


Masterclasse de percussions
   Samedi
 12 octobre
2019

Conservatoire Ardenne Métropole
Charleville-Mézières

Depuis la première intervention de Franck Tortiller dans le cadre de son passage avec l'Orchestre  National de Jazz au Théâtre de Charleville-Mézières, les masterclasses de percussions au CRD ont pris un rythme annuel.
Se sont succédés Franck Tortiller, Vincent Limouzin, Carlo Rizzo, Xavier Desandre-Navarre, Pascal Schumacher, Khalid Kouhen, Minino Garay (2 fois), Bijan Chemirani, à nouveau  Franck Tortiller, dans le cadre de sa résidence auprès du Big-Band, e François Verly et à nouveau Xavier Desan,dre-Navarre en 2018.

KHALID KOUHEN


photo : Rémi Hostekind



KHALID KOUHEN

Né à Fès au Maroc et établi en France depuis 1978, Khalid Kouhen est reconnu comme l’un des plus talentueux percussionnistesde sa génération. La richesse et la virtuosité de son jeu ainsi que les multiples couleurs de son instrumentation (tablas, jarres, kalimba, congas, daf, calebasse…), sont très recherchées sur les scènes actuelles.

Khalid s’accomplit aussi bien dans les musiques actuelles, jazz, pop, musiques du monde, que dans les répertoires traditionnels, brésilien, afro-cubain, indien… Il s’est notamment illustré auprès d’Archie Shepp, Chico Freeman, Glenn Ferris, Claude Barthelemy, Pandit Shankar Ghosh, El Hadj N’Diaye, Majid Bekkas, Karima Skalli, Paddy Kelly…

Musicien sans frontières et improvisateur inspiré, il excelle également dans la composition et les arrangements pour orchestre de percussions.

Pédagogue expérimenté, Khalid Kouhen se consacre régulièrement à la transmission de son art. Il crée en 1993 l’école de percussions Toucouleurs à Rennes, qui dispense un enseignement pointu des percussions de différentes traditions (brésilienne, africaine et indienne). Il anime des master-classes, stages et ateliers musicaux en France – conservatoire de Rennes, Charleville-Mézières, écoles de jazz et musiques actuelles du CIM à PARIS et EDIM à CACHAN – et dans de nombreux pays : USA, Afrique du Sud, Mozambique, Caraïbes…

.

.

retour page d'accueil


 

Programmation réalisée avec le soutien de :

 

     
tcm
     

 

 


ph