page d'accueil


tarif des entrées :


Mardi 4 octobre

20h30

Auditorium CRD


 

 

Perrine Mansuy "Rainbow Shell"

 

Perrine Mansuy : piano, voix
Eric Longsworth : violoncelle
Remy Decrouy : guitares, effets
Jean-Luc Di Fraya : batterie


Plus d'infos :

voir vidéo EPK

vidéo "Diner Flottant "

 


PERRINE MANSUY "Rainbow Shell"

Après avoir enregistré un premier album en trio, où elle interprète ses compositions,  Perrine Mansuy forme le Quartet Maneggio, qui remporte en 2000 le troisième prix orchestre du Concours de Jazz à la Défense, et qui enregistre un premier CD en 2001.
Le  duo qu'elle forme avec  la chanteuse Valérie Perez enregistre "Verso" en 2000 , puis  devient trio en 2004 avec la venue de Jean-Luc Difraya aux percussions. Baptisé "Délubies", il enregistre l’album "Le voyage d’Alba".
Contactée en janvier 2006 par le producteur Alan Douglas, légendaire partenaire d’Eric Dolphy, Miles ou Jimi Hendrix, Perrine Mansuy  enregistre deux albums avec François Cordas, sous le nom "Le Duo", sur les musiques de Jacques Brel et de Charles Aznavour.
C’est aux côtés d’Eric Surmenian à la contrebasse et de Joe Quitzke à la batterie que Perrine enregistre  en 2007 un nouvel album très personnel, "Mandragore & Noyau de Pêche".
Elle signe en 2011 sur Laborie Jazz et sort un album très remarqué "Vertigo Songs" enregistré avec Jean-Luc Di Fraya, Remy Decrouy et Marion Rampal. Le disque remporte un beau succès auprès de la presse spécialisée et le quartet se produit dans de nombreux festivals.
 Forte du succès de "Vertigo Songs" elle enregistre "Rainbow Shell" qui sortira au printemps 2015 toujours sur Laborie Jazz.
Eric Longsworth au violoncelle, rejoint Jean-Luc Di Fraya et Remy Decrouy pour cet opus dans lequel on remarque également sur quelques titres la voix du chanteur de blues Matthis Haug.

"Rainbow Shell est tel un murmure qui m'a été donné à entendre, à écouter et à retranscrire sur le piano dans des moments de grande intériorité et de grande sincérité, avec toujours beaucoup d'émotion et de joie. Le chant est alors toujours présent dans ces moments là, il le sera dans cet album, telle une voix murmurée, mêlée à celle du piano." Perrine Mansuy

"Rêveries sous-marines, dîners célestes, floraisons inattendues et ballets aériens, Perrine Mansuy cultive l’onirisme des éléments naturels, cherchant dans un lyrisme sans retenue sa libération des pesanteurs ordinaires." - Les Inrocks

"Perrine Mansuy trace des esquisses de poésie en musique, pour un univers de contes et autres fééries très pop" - Florent Servia - Jazz News

"Un écho surnaturel, murmuré avec la fraîcheur de sources claires et désirantes, un piano sensible et affirmé, une rêverie assumée, faite de douces violences selon qu'elle frappe ou caresse son clavier."- Jazz Magazine

le site de Perrine Mansuy




photo Jean-Baptiste Millot




Mercredi 9 novembre

20h30

  Théâtre
de Charleville-Mézières

tcm

plus d'infos :

 

Trio Kornazov / Codjia / Tamisier

Gueorgui Kornazov :  trombone
Geoffroy Tamisier :
 trompette
Manu Codjia :  
guitare

 

 

 

 


Lou Tavano Sextet


Lou Tavano : chant
Alexey Asantcheef : piano
Arno de Casanove: trompette
Maxime Berton : saxophones
Alexandre Perrot : contrebasse
Ariel Tessier : batterie

voir vidéos :

Emotional Riot, le clip

Lou Tavano "Meets Alexey Asantcheeff" EP Release Video

Quiet Enlightenment (Live @ Duc des Lombards)

 

- Making of "For You" (EPK)

 

 


Réservations : Théâtre
03 24 32 44 50

 

 

 

TRIO KORNAZOV / CODJIA / TAMISIER 

"LE GRIS DU VENT"



Ce trio atypique fonctionne comme un collectif de trois compositeurs. Leur poésie est le fruit de plus de dix années de vie musicale commune. L’importance et l’originalité de cette formation viennent non seulement de l’instrumentation particulière (pas de basse, pas de batterie), mais également de l’interaction des trois improvisateurs.

Gueorgui Kornazov (trombone), originaire de Bulgarie, a découvert le jazz dès sa prime jeunesse via la radio « Voice of America ». Il oscille avec bonheur entre douceur mélodique et puissance tellurique. On l’a vu régulièrement au sein du « Strada » d’Henri Texier et de diverses formations de Jean-Marie Machado. Mais il est surtout un remarquale leader, à la tête de son quintette Horizon (Parisien/Codjia/Buronfosse/Jannuska).
A la trompette, Geoffroy Tamisier, qui a été membre de l’ONJ et de l’ensemble Mukta ainsi que du Gros Cube (écouter en particulier Au bonheur des anges), a à son actif, un disque de compositions en Big Band avec Kenny Wheeler (G Meets K). Il joue également en duo acoustique avec Fred Chiffoleau (contrebassiste du « Jus de Bocse » de Médéric Collignon).
Manu Codjia, l'un des guitaristes les plus demandés de la scène européenne, de Daniel Humair à Erik Truffaz, est aussi un leader remarquable. Il se montre au sein de ce trio très sobre et totalement au service des cuivres, jouant le plus souvent en arpèges délicats et en rythmique ciselée.

"Une écriture fine, délicate, tout en nuances, qui se démarque d’emblée par des lignes épurées et des climats aérés."   
FELIX MARCIANO, "JAZZMAN

 "L’imaginaire de ce trio sait imposer son rythme grâce à une musique chambriste savamment composée, évoquant parfois une atmosphère de bande originale de film. Une musique très subtile, qui requiert toute notre attention. On peut se laisser porter jusqu’aux rives de la musique française - Debussy, Ravel ou Fauré - pour les moments calmes, mais aussi vers Stravinsky ou Bartok pour les passages plus tendus."   CITIZEN JAZZ

le site de Gueorgui Kornazov


Ce concert vous est proposé dans le cadre de la politique développée en faveur des musiques actuelles par la communauté d’agglomération Ardenne Métropole avec le soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles et la Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine.

 

LOU TAVANO SEXTET

Nouvelle sensation du jazz vocal dont le nom bruit sur la scène parisienne, Lou Tavano publie, à l’orée de la trentaine, son premier album, un opus qui ne passera pas moins inaperçu que la flamboyante chevelure rousse qui lui sert parfois d’effigie. Il est le fruit d’une collaboration déjà longue, avec le pianiste Alexey Asantcheeff, qui est à ses côtés à la ville comme à la scène. Ils se sont rencontrés sur Satin Doll de Duke Ellington. Ils avaient la vingtaine et ne se sont plus quittés, faisant de la musique l’espace amoureux de leur collaboration artistique, choisissant ensemble le chemin d’un jazz mâtiné d’influences personnelles qui ont à voir avec la musique symphonique, le chant lyrique, la folk ou la musique balinaise. Entourée d’une équipe de jeunes talents de la capitale avec qui elle a poli ce répertoire jusque dans ses infimes détails, insufflant la couleur et le souffle du jazz dans des chansons souvent écrites à quatre mains, Lou Tavano révèle un talent hors norme et un univers où les mots ont autant de poids que les notes.

Après un premier album assez  confidentiel, des concerts faisant sensation dans les clubs  parisiens et des prestations remarquées dans quelques festivals, la chanteuse Lou Tavano publie, à l’orée de la trentaine, un second album, " For You", qui lui vaut une consécration européenne. Il est le fruit d’une collaboration déjà longue, avec Alexey Asantcheeff, qui est à ses côtés à la ville comme à la scène. Ils se sont rencontrés sur Satin Doll de Duke Ellington. Ils avaient la vingtaine et ne se sont plus quittés, faisant de la musique l’espace amoureux de leur collaboration artistique, choisissant ensemble le chemin d’un jazz mâtiné d’influences personnelles qui ont à voir avec la musique symphonique, le chant lyrique, la folk ou la musique balinaise.
 Entourée d’une équipe de jeunes talents de la capitale avec qui elle a poli ce répertoire jusque dans ses infimes détails, insufflant la couleur et le souffle du jazz dans des chansons souvent écrites à quatre mains, Lou Tavano révèle un talent hors norme et un univers où les mots ont autant de poids que les notes.

le site de Lou Tavano


"Le second album de cette jeune femme est bien celui d'une authentique chanteuse de jazz dont le phrasé sophistiqué, le timbre voilé, les douces brisures et le petit grain de folie la situent dans la lignée des Billie Holiday, Helen Merrill et autre Joni Mitchell. (...) On n'a sûrement pas fini d'entendre parler ce cette voix vibrante d'émotion." Jazzmagazine Mars 2016


“Rarement traités avec autant d’énergie, de liberté iconoclaste et d’insolence  technique, chacun des thèmes retrouve une jeunesse et une vigueur inespérées. Douée d’une voix exceptionnelle tant dans les véhémences que dans les parties chuchotées, Lou Tavano a tout pour s’imposer. Elle change le scepticisme du chroniqueur en enthousiasme exalté. Cela devrait vite se savoir.”
Daniel Chauvet, Nouvelle Vague

 

 

 

 

 

 




 

 

 

 

 

 

 

lou tavano
photo Blerta Kambo

Samedi 10 Décembre
20h30
Auditorium CRD


Big-Band du CRD

Franck Tortiller
François Corneloup
Duo

Franck Tortiller :
vibraphone, marimba
François Corneloup : saxophone baryton

 

plus d'infos :

 


BIG-BAND du CRD
dirigé par FRANCK TORTILLER

Depuis  2003, Charleville  Action Jazz propose au Big-Band du CRD des résidences d'artistes. Le principe est toujours le  même, deux années au cours desquelles un musicien de renom intervient 6 fois, apportant des compositions et des arrangements écrits pour le Big-Band. Bien entendu, le répertoire est retravaillé régulièrement par le Big-Band sous  la direction de Dominique Tassot, responsable du Département Jazz et Musiques  du Monde du CRD.
Se sont succédés  Sylvain Kassap, Jef Sicard, Pierre Vaiana, Nicolas Folmer, Fabrice Martinez, Gerardo  Di Giusto, et Franck Tortiller.
Au terme  de  ces  deux  années de résidence, Franck Tortiller va présenter le fruit de son de travail avec le Big-Band : des arrangements écrits sur mesure  de certaines de ses  compositions, une  reprise d' un morceau de  Led-Zeppelin, un morceau en hommage à Prince ...  Franck Tortiller a visiblement apporté sa  personnalité, et on retrouve des couleurs  de l'ONJ qu'il a dirigé de 2005 à 2008, et de la  formation avec laquelle il nous a présenté "Janis The Pearl" en 2015.

le site de Franck Tortiller

TORTILLER / CORNELOUP Duo

Mon premier, en dehors d’avoir été un directeur de l’Orchestre National de Jazz remarqué-remarquable (de 2005 à 2008), a notamment tenu le vibraphone dans le fameux Vienna Art Orchestra pendant plus de dix ans. Il est aujourd’hui un compositeur prolifique (commandes pour Radio France, Nevers, Les Musiciens du Louvre…). On l'a vu récemment à Charleville-Mézières avec son remarquable hommage à Janis Joplin.
Mon second est un franc-tireur qui s’est d’abord fait remarquer auprès des « grands anciens », Bernard Lubat puis Henri Texier. Élargissant sans cesse ses perspectives musicales, François Corneloup passe par l’improvisation libre, le jazz électrique, la musique de haute précision de Marc Ducret, le rap aux côtés de Boots Riley, Brother Ali ou Desdamona.
Mon tout est un duo qui, dans le paysage musical européen, n’a pas d’équivalent. Un lyrisme lumineux constituant toujours la base d’improvisations joyeusement libres, il résulte de cette musique inattendue et toujours exaltante une fraîcheur intimiste qui ne pourra que vous transporter.

"La longue complicité qui relie les deux musiciens aura servi (entre autres) à peaufiner ce petit bijou de disque, aussi séduisant que nonchalamment profond, capable de vous distraire aussi bien que de vous retenir, de vous faire voyager depuis votre siège, mais aussi de vous faire lever pour esquisser quelque pas de danse. (...) Vibraphone, marimba, métal, bois, souffle et roseau. Sii ça passe près de chez vous, ne manquez pas."

Philippe Méziat // Citizenjazz 10 janvier 2016

 

 




photo Tina Merandon

Jeudi 2 Février

20h30

 Auditorium CRD

Fabrice Martinez "Chut"



 

Fabrice Martinez :
trompette, bugle
Fred Escoffier : claviers
Bruno Chevillon : basse
Eric Echampard :
batterie

plus d'infos :

 

voir EPK



FABRICE MARTINEZ CHUT
!

Trompettiste de l'ONJ, Fabrice Martinez franchit une nouvelle étape dans le parcours de son passionnant groupe Chut !. Après un premier album studio (label Sans Bruit), suivi d'un album live (AjmiLive), le musicien présente « Rebirth », un troisième opus à travers lequel il s'inspire librement de l'esprit Motown des années 70 pour délivrer une partition incandescente portée avec inventivité par son complice de toujours, le pianiste Fred Escoffier, et une rythmique infaillible soudée par 20 ans de concerts: Bruno Chevillon à la basse et Eric Echampard à la batterie. Grooves implacables, sons chauds, orgue Hammond B3, trompette aux effets fuzz vintage..., se mêlent ainsi à l'écriture lyrique de Fabrice Martinez, qui impose à travers ce nouveau projet une voix indéniablement originale.
Fabrice Martinez

Originaire de Charleville-Mézières, Fabrice Martinez est un musicien que l’on retrouve aussi bien sur les scènes de musique improvisée, classique, contemporaine que traditionnelle. Il s’impose très tôt comme leader mais également comme soliste dans de nombreux ensembles. Il joue actuellement avec l’Orchestre National de Jazz d’Olivier Benoit, Fred Pallem & Le Sacre du Tympan, Seven Songs de Marc Ducret, Daniel Humair Quartet, l’ensemble ArchiMusic, le Grand Lousadzak de Claude Tchamitchian, Supersonic de Thomas de Pourquery, le Mégaoctet d’Andy Emler ...

"...En bref, un album étourdissant, profondément attachant, authentique dans sa démarche créative. Ça sent la passion et Fabrice Martinez insuffle dans « Rebirth » ce supplément d’âme qui fait les grands disques !"
Florence Ducommun  CultureJazz

" ... Un son, une patte. L'une des plus belles de la scène française, et ce n'est pas l'impression laissée par le dernier dialogue piano/trompette sur "Prune" qui va nous en dissuader. Avec un rétro visant l'essentiel, sans passéisme ni intrépidité, Fabrice Martinez rompt le silence en restant lui-même. Et c'est déjà énorme."
Anne Yven Jazzmagazine Juin 2016.

le site de Fabrice Martinez



photo Jean-Baptiste Millot

Mardi

7 Mars

20h30

Auditorium CRD

Paul Lay Trio


Paul Lay : piano
Clemens Van der Feen : contrebasse
Dré Pallemaerts : batterie

 

plus d'infos :


PAUL LAY TRIO

 

Elu "Musicien français de l'année" 2016 par l'Académie du Jazz ( Prix Django Reinhardt ), le pianiste et compositeur Paul Lay, originaire du Sud-Ouest, mène de front plusieurs projets : concertiste solo, leader de son trio et quartet, membre du groupe Ping Machine, partenaire de Géraldine Laurent, Eric Lelann...
Après "Unveiling", son premier disque, enregistré en trio en 2010 pour le label Laborie Jazz, qui a reçu un bel accueil, cet artiste fougueux, improvisateur créatif et audacieux, a sorti en 2014 son deuxième album, "Mikado", une très belle réussite couronnée par le Grand Prix de l'Académie Charles Cros. Pour ce disque, il a constitué un nouveau quartet avec le saxophoniste Antonin-Tri Hoang, le batteur Dré Pallemaerts - un autre ancien professeur - et le contrebassiste Clemens Van der Feen , mais il privilégie actuellement la formule du trio.

Paul Lay se produit également en solo, et avec Alcazar Memories présenté par un trio franco-sué́dois, ( Isabel Sörling, voix et Simon Tailleux, contrebasse), un véritable hommage aux racines de la chanson populaire du patrimoine, français (axé principalement sur le répertoire provençal) et suédois, agrémenté de compositions originales.

En 2016, Paul Lay enregistre simultanément deux  projets, publiés en février 2017,  "Alcazar  Memories", et "The Party"  avec le trio qui sera  présent à Charleville-Mézières : Dre Pallemaerts  à la batterie et Clemens Van Der Feen à la contrebasse, ses partenaires  réguliers depuis trois ans.  

voir le teaser

"Excellente imagination harmonique, jeu très diversifié, compositions des plus intéressantes, connaissance évidente de l’histoire du jazz, discours personnel. Paul Lay a tous les atouts pour « monter » et durer. " Martial Solal.

« Paul Lay a déjà tout d’un grand par sa connaissance de l’histoire du jazz, son imagination harmonique, et un univers poétique loin de tout « pianisme ». Une révélation. » Citizen Jazz

« Paul Lay confirme une position de pianiste et de compositeur-leader avec laquelle il faut désormais compter dans la jeune génération du jazz européen. »
 Open-Jazz, Alex Duthil
« Paul Lay illumine ce nouvel opus de son élégance dans ses compositions originales où brillent ses compagnons inspirés. Sa parfaite maîtrise de l’histoire du jazz et son in- ventivité harmonique propulsent sa musique dans les hautes sphères du jazz. »

Jazz à Fip

Bd-AcademieJazzPrix Django Reinhardt, Musicien français de l'année 2016

le site de Paul Lay





photo Jean-Baptiste Millot



Jeudi 6 Avril

20h30

Auditorium CRD

Céline Bonacina

"Crystal Quartet"

Céline Bonacina :
saxophones baryton et soprano
Gwilym Simcock
: piano
Chris Jennings : contrebasse
Asaf Sirkis : batterie

plus d'infos :

 

 

CÉLINE BONACINA

"CRYSTAL QUARTET"

L'une des belles révélations féminines de la scène jazz. Après un séjour fondateur sur l'île de la Réunion, Céline Bonacina a inventé, autour de son saxophone baryton, un univers multicolore qui invite à la danse. Récompensée par la critique et ovationnée sur de grandes scènes, elle poursuit son parcours avec une vitalité impressionnante. Après deux albums sur le fameux label ACT dans une veine groove et électrique, réalisés en connivence avec le guitariste Nguyên Lê, elle présente un nouveau quartet acoustique, résolument jazz, entourée de musiciens de renommée internationale. Gwilym Simcock est aujourd'hui le pianiste le plus en vue sur la scène britannique, édité aussi sur le label ACT. Son jeu intensément mélodique et lyrique inspiré de Keith Jarrett lui vaut d'être appelé par Pat Metheny pour ses prochaines tournées. Asaf Sirkis, batteur israélien installé à Londres est son partenaire de longue date et il apporte une couleur et un groove irrésistibles. Le canadien Chris Jennings met depuis des années sa profonde et chantante contrebasse au service de Dhafer Youssef avec Tigran Hamasyan, mais aussi Joachim Kühn, Nguyên Lê ... tout en menant des projets  personnels.
Bref, un magnifique groupe est né.

 

" ... Elle allie la mélodie à des tumultes, confère à ses compositions pas faciles une évidence qui étonne, se donne libre cours en solo avec audace, sans nervosité. Elle a une manière douce d'aborder les orages et ferme d'articuler sa tendresse. Paradoxale, Céline Bonacina. Elle trouve en Gwilym Simcock un pianiste qui épouse ses idées, l'aide à les propulser, lui répond en solo. Chris Jennings, le contrebassiste, Asaf Sirkis, le batteur, s'avèrent des partenaires généreux. C'est à un quartet soudé par l'amitié musicale qu'on a affaire dans Crystal Rain."
Michel Contat —Télérama

 


photo Nathalie-Lady Millions




 

Samedi 13 mai

20h30

Théâtre
de Charleville-Mézières

Peirani/Parisien Duo
Lisa Cat-Berro Quartet

plus d'infos :

 

Lisa Cat-Berro Quartet

Lisa Cat-Berro : saxophone Alto
Julien Omé : guitare, effets
Stéphane Decolly : basse électrique
Nicolas Larmignat : batterie

vidéo victoires du jazz 2013

vidéo Studio de l'hermitage

Duo Peirani Parisien

 

Vincent Peirani : accordéon
Emile Parisien :
saxophone

en partenariat avec le Théâtre de Charleville-Mézières

t

Réservations : Théâtre
03 24 32 44 50

Vidéo : "Song of Medina (Casbah)"

 



LISA CAT-BERRO QUARTET

"Forte de son expérience dans le monde du jazz ( Le "LaydyRhoda Scott), des musiques du monde (Brice Wassy) et du spectacle vivant, Lisa Cat-Berro propose aujourd'hui un projet en quartet, avec un répertoire de compositions originales et de reprises, où elle est accompagnée de musiciens très actifs de la scènes jazz, Nicolas Larmignat (batterie), Julien Omé (guitare), Stéphane Decolly (basse électrique).
Les influences du jazz et des musiques actuelles s'y mêlent en toute liberté, et s'inspirent également des grands " songwriters ", tels que Joni Mitchell ou Neil Young. Le son du groupe est teinté d'une couleur folk ou rock, mais sans laisser de côté la part d'interaction et d'improvisation propre au jazz. "

Compositrice inspirée, possédant un vrai sens de la mélodie, Lisa Cat-Berro est également une interprète rare, aux phrasés impeccables, de surcroît douée d’un “son”, ce “son” qui signe les grands instrumentistes, le fameux “sound” de Miles Davis auquel tant de musiciens aspirent…

DUO PEIRANI / PARISIEN

Mon premier a été élu « Révélation de l’année » aux Victoires du Jazz 2014. Mon second a reçu cette même année et aux mêmes Victoires le prix « Artiste de l’année ». Mon premier joue de l’accordéon. Mon second souffle dans un saxophone. Lorsqu’ils se sont rencontrés, Vincent Peirani et Émile Parisien ont créé l’étincelle. De l’étincelle a jailli le feu. Du feu est né un album, Belle Époque. Sur scène, il faut les observer attentivement, scruter l’harmonie qui cimente leur duo. Assis sur son tabouret, son accordéon calé sur son corps, Vincent Peirani ne lâche des yeux son partenaire que pour tendre vers lui une oreille dévouée. Debout, incliné sur son saxo, les joues gonflées, les lunettes embuées, Émile Parisien se glisse dans les notes de son complice et les projette vers on ne sait où. Il sourit. Et même caché, ce sourire s’entend. Il est le trait d’union fondateur entre ces deux artistes qui jazzent la vie avec ferveur.

"Instruments à vent, option tornade : entre Vincent Peirani et le saxophoniste Emile Parisien, tous deux trentenaires surdoués, le courant (d'air) passe. Conçu au départ comme un hommage à Sidney Bechet et à l'enfance du jazz, cet album en duo est surtout un grand moment de découverte musicale, d'harmonies imprévisibles, de jeu en liberté et en relief. Les deux hommes retrouvent l'esprit de l'époque où le jazz était une musique joueuse et populaire, à la fois virtuose et légère. Et ils vont plus loin, font valser Fellini et Tati, se prennent pour une fanfare au complet, inventent le free-musette, multiplient les acrobaties et les loopings, sans jamais tourner en rond ni sombrer dans une froide abstraction. Dialogue vif de deux oiseaux rares pendant la saison des amours. ça sent le printemps" S. Deschamps. Les Inrocks

"Vincent Peirani et Emile Parisien ont le même âge (31 ans), le même goût pour l'expérimentation. Dans leur premier disque en duo, un chef-d'oeuvre dans cette formule austère, ils improvisent en se répondant sur deux airs peu connus de Sidney Bechet, sur un autre de Duke Ellington, sur un classique du jazz à l'ancienne, et aussi sur un ragtime de 1909. Une large culture commune, donc. Les quatre autres tremplins à leur création avant-gardiste, ils se les partagent en frères. Tous deux sont en train de renouveler la conception de leur instrument, l'un à l'accordéon, l'autre au soprano, avec une énergie et une invention sans bornes. Et ils sont français. Belle époque, décidément, pour nous." Michel Contat Télérama



Bd-AcademieJazz Victoires du Jazz

Vincent Peirani : Révélation de l'année 2014
Emile Parisien : Prix Django Reinhardt (musicien français de l’année) 2014


 



 

 


photo ®Jo¦êrg Grosse-Geldermann




vendredi 2 juin 2017

 
20h30

 

Amphithéâtre
Pierre Mendès-France

Maxime Bender Quartet

Maxime Bender : saxophones
Simon Seidl : piano
Oliver Lutz : contrebasse
Silvio Morger : batterie

entrée libre

co-production
Médiathèque Georges-Delaw/CAJ

plus d'infos :

vidéo:


 

MAXIME BENDER QUARTET

Maxime Bender est un compositeur multi-instrumentiste luxembourgeois : sax tenor, soprano, alto, flute, piano. C'est lors de ses études à Cologne, ville où la scène jazz est extrêmement vivante, qu'il rencontre Silvio, Oliver et Simon. Les trois musiciens sont déjà très actifs et impliqués dans la scène jazz allemande.
Les précédents projets de Maxime Bender lui ont permis de révéler ses différentes facettes en tant que compositeur et leader. À présent, il franchit un pas décisif hors des sentiers battus du jazz.
Dans ce quartet de musiciens venant du Luxembourg, de Suisse et d’Allemagne, le cadre des structures harmoniques et rythmiques qui constituent généralement l’identité d’un quartet de jazz est dissout et recyclé en une musique plus libre, nouvelle et très excitante qui laisse place à des espaces de composition spontanée et à une communication musicale instantanée. 
Nul doute, Path of decision, album enregistré sur le label français "Laborie Jazz" en 2014, a joué un rôle majeur dans la reconnaissance française et internationale de ce compositeur exceptionnel. Un album qui révèle cette formation, son chemin et ses choix, traduits avec émotion.

"Tous les trois m’amènent à garder les oreilles grandes ouvertes, pour être toujours prêt à faire de nouveaux choix. Ils ont la capacité de réinventer à chaque concert le répertoire du Quartet, de m’emmener toujours dans un nouveau monde musical, et de proposer sans cesse quelque chose de nouveau".
Maxime Bender

Lux Luxembourg

 




photo Jean-Baptiste Millot

 


Stages, masterclasses et résidences :

Les stages et masterclasses proposés par Charleville Action Jazz bénéficient du financement de l'APE du CRD, de la Ville de Charleville-Mézières,
de la Communauté d'Agglomération Ardenne Metropole et de  la Région Grand Est

Résidence 2016/2017
auprès du BIG-BAND du CRD

ANDY EMLER


photo Dominique Rieffel


Andy Emler, pianiste, organiste, improvisateur, chef d’orchestre et compositeur de jazz, est le fondateur du MegaOctet, un big band de jazz à géométrie variable, qui offre un cadre propice aux musiciens improvisateurs issus à la fois du classique, du jazz et du rock.
Pétillant, percutant, effronté, impérial, le MegaOctet, a enregistré son premier album il y a 25 ans. Il en est au septième, et a vu défiler quelques-uns des solistes les plus en vue de la scène française.

Parallèlement, Andy Emler se produit depuis 10 ans avec le trio ETE, Emler/Echampard/Tchamitchian qu'on a pu apprécier à l'Auditorium du CRD en avril 2016.

Andy Emler mène également une activité de pédagogue avec l’association La Scène et Marnaise de Création Musicale et le POM (Putain d’Orchestre Modulaire), codirigé par Andy Emler, François Jeanneau et Philippe Macé, en formant des professeurs de conservatoires à l’improvisation, favorisant la création de passerelles entre la musique classique et le jazz.

Les qualités de compositeur, arrangeur, leader, et pédagogue d'Andy Emler en font l'intervenant idéal pour succéder à Franck Tortiller pour cette nouvelle résidence auprès du Big-Band du CRD

 

 


Masterclasse de percussions

   Samedi
 5 novembre
2016

CRD
FRANCK TORTILLER


photo Dominique Rieffel

En résidence en 2015/2016 auprès du Big-Band du CRD, Franck Tortiller a manifesté le désir d'intégrer des percussions, notamment des claviers, à son projet. Pour donner plus de cohérence à nos actions pédagogiques au sein du CRD, nous lui proposons d'animer une masterclasse pour la classe de percussions, afin de permetrre à ses élèves de participer au concert de fin de résidence le 10 décembre. Rappelons que la première intervention de Franck Tortiller au CRD a abouti une courte première partie au concert de l'Orchestre National de Jazz consacré au répertoire de Led Zeppelin, en 2006.

Franck Tortiller

Après des études de percussion classique au conservatoire de Dijon puis au CNSM de Paris où il obtient un premier prix à l’unanimité et un premier prix d’analyse musicale, il se dirige peu à peu vers le jazz et remporte en 1989 le  premier prix de soliste et le premier prix d’orchestre au Concours National de Jazz de La Défense.

Fondateur du festival Jazz à Couches (71) en 1986
Membre du Vienna Art Orchestra de 1993 à 2000
Directeur Artistique de l’Orchestre National de Jazz 2005-2008
Django d’Or du spectacle vivant 2007
Directeur Artistique de l’Orchestre Franck Tortiller
Directeur du département jazz au Conservatoire d’Orsay (91)
 
Actuellement en résidence en Bourgogne où il développe de nombreuses actions sur le territoire, il crée l’OJJB ainsi que de nouvelles créations en grande formation avec l’Orchestre Franck Tortiller.
Après l'enregistrement en 2012 de "Janis The Pearl", avec cet orchestre, il publie en 2014 un album solo qu'il présente lors des festivals de l'été.
Parallèlement à ses projets personnels, Franck enchaîne les collaborations régulières (Christian Muthspiel) et les participations plus ponctuelles (Orchestre Pasdeloup, Basel Sinfonietta, Orchestre symphonique de Ulm, Mike Mainieri, Dave Samuels, Sanseverino, Arthur H, Juliette Gréco...).
Consacrant également une grande partie de son travail à l’écriture, il a signé de nombreuses compositions et commandes (Radio France, Jazz sous les Pommiers, Scène Nationale L’ARC Le Creusot, Orchestre Pasdeloup
...

retour page d'accueil


 

Programmation réalisée avec le soutien de :

 

     
logo région
     

 

 


ph